Cette discussion est archivée, les contributions sont neutralisées. 

7 commentaires

Lucas, cette idée est effectivement évoquée par certains spécialistes et pourrait être une alternative à l'accompagnement des personnes âgées et à leur accueil en maison de retraite. Je suis cependant réservé sur le sujet car n'oublions pas que nous parlons d'accompagnement humain et que ce dernier a des répercussions sur les familles des personnes âgées et sur le tissu professionnel concerné. Le danger ne serait-il pas de déshumaniser cette relation d'accompagnement et de soins et aussi de faire disparaître des centaines d'emplois par la même occasion ?

Cette avancée technologique comme toutes les autres nous séduit et nous interpelle. Qu'en est-il du consentement de la personne âgée concernée ? N'y-a-t-il pas un risque d'atrophier le lien social du sénior avec ses congénères? Cette personne ne sera-t-elle pas moins encline à solliciter la relation humaine, à moins aller vers l'extérieur ? C'est un des paradoxes à résoudre me semble-t-il.

JLL
JLL

JLL

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
JLL

Senior je suis, senior je souhaite évoluer le plus longtemps possible dans le meilleur état de santé possible. Le vieillissement continuera son oeuvre et, tôt ou tard, mon autonomie se réduira progressivement mais inéluctablement. Je souhaite et espère que mes proches sauront alors m'accompagneravec humanité et affection.
Pour autant, il ne faut pas négliger les progrès technologiques auxquels vous faites référence car ce sont probablement eux qui permettront ce que la plupart d'entre nous souhaitent pour leur fin de vie: rester le plus longtemps possible chez soi, dans son environnement familier. Or ceci ne peut se réaliser sans le maintien d'une autonomie suffisante car l'aide des proches ne peut être permanente et l'aide extérieure professionnelle est d'autant plus onéreuse qu'elle devient indispensable au long de la journée, voire de la nuit.
Certains robots pourront probablement prolonger la durée de l'autonomie totale, jusqu'au stade où l'accompagnement humain redeviendra
incontournable.
Question subsidiaire en termes d'accessibilité financière: jusqu'à quel point ces soutiens robotiques seront-ils accessibles à tous? Sous quel gouvernement sera-t-il possible de refonder la Sécurité sociale pour qu'elle permette à chacun d'accéder à ces soutiens humains et technologiques?

JLL a parfaitement raison dans l'exposé des faits tels qu'il les donne dans son commentaire. Nous comprenons tous que cette question sous entend une refonte quasi totale de la vision de la sécurité sociale telle qu'elle est aujourd'hui si effectivement, nous voulons permettre à chaque citoyen d'accéder à ces technologies. Pour autant je suis aussi favorable au fait que l'humain doit rester la pièce et le rouage central dans cette aide aux personnes en perte d'autonomie.

Notre société s'enorgueillit du rallongement de l'espérance de vie. Pourtant, on peut tout de même s'interroger sur la place, le rôle, la visibilité dans les médias réservée aux plus anciens. Certes, les robots, la domotique sont une réponse partielle dans certaines situations. Ils doivent être utilisés en complément et ne pourront jamais se substituer à l'accompagnement humain, l'attention, les gestes de tendresse...

Hugant 30
Hugant 30

Hugant 30

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Hugant 30

Bonjour !
La vieillesse est devenue un "bizness" comme le reste...Donc, on va "vendre" des robots "intelligents" pour s'occuper des séniors dans leur autonomie... J'ai peur qu'au bout du compte, ce soit encore un peu plus de "déshumanisation" de notre tissus social...et familial, car rares sont les familles qui peuvent encore prendre en charge le quotidien des anciens dans leurs besoins, le premier à mon avis, étant l'affection mise dans les gestes de tous les jours...La MGEN devrait intervenir dans le débat de la place accordée aux aidants familiaux...

Pour répondre et rebondir sur les observations de Hugant 30 de façon clair et rapide, je le rassure en disant que MGEN prend cette thématique évidemment très au sérieux et que chaque section MGEN a ou va faire paraître dans le cadre de ses bulletins départementaux ou régionaux mais aussi sous forme de lettre flash, des informations sur l'AMA : l'Aide au Mutualiste Aidant. Je suis (et je l'ai déjà dit) tout a fait d'accord pour dire que les robots ne feront pas tout loin de moi cette idée.