5 commentaires

Quel sujet passionnant que celui du numérique qui révolutionne notre quotidien tant dans nos activités professionnelles que personnelles. A juste titre, je te rejoins sur la question de l'éducation auprès des jeunes générations qui, ayant toujours connus les réseaux sociaux, n'y voient pas spécifiquement les dangers encourus. A ce sujet, la Mgen propose un site sur ce thème voici le lien : https://www.education-numerique-mgen.com/
Avec des videos de You Tubers bien connus des ados et plutôt efficaces !
A chacun d'entre nous de nous saisir des outils pour continuer, différemment peut-être, la dynamique de solidarité. Comme tout progrès technologique, les outils numériques restent et resteront ce que les êtres humains en feront... Espérons que le meilleur soit à venir !

Il me semble que l'outil que nous devons utiliser ne doit pas comme le dit Victor Hugo : donner une âme à la machine et la retirer à l'homme (poème « Mélancholia » Les contemplations 1856). Il doit servir une cause humaine et ne pas couper les liens qui nous unissent.Nous constatons parfois et peut-être même souvent que les écrans isolent, séparent. Nous nous détournons les uns des autres et devenons des étrangers... au sein même des familles.

Mais des expériences numériques sont menées et pourraient renforcer les liens humains. Citions la plateforme Bla Bla Car grâce à laquelle on peut laisser sa voiture au garage et rencontrer une autre personne qui fait le même trajet que nous. Imagions alors des services dans le domaine de la santé qui puissent justement renouer les liens et faciliter la vie des personnes. Une application grâce à laquelle, une personne malade, une personne âgée puisse être aidée, trouver des ressources avoir accès à des services utiles. Les données de santé peuvent révéler des informations importantes, d'autant plus importantes qu'elles seront personnalisées.

A nous d'imaginer des solutions pour les utiliser à bon escient.
Ainsi, me semble t-il, il ne faut pas condamner l'outil avant de l'avoir créé. Réalisons celui qui correspond à nos attentes, à nos valeurs. Quand le livre a été créé grâce à l'imprimerie, aurions-nous dédaigner l'outil sous prétexte que certains pouvaient l'utiliser de façon subversive ? Emparons-nous de ces nouvelles technologies et construisons ces outils de façon collaborative, avec l'intelligence de tous.

DT
DT

DT

Niveau
0
Score
0
Equipe
Custom field 1
DT

Bonjour Sébastien,
Je partage votre propos à 100% ! J'interviens très régulièrement au sein des instances militantes de la MGEN pour promouvoir l'économie collaborative que la révolution numérique rend possible à grande échelle.Vous avez raison, bla bla car est un exemple probant. Je déplore simplement que ces formes de solidarités nouvelles soient essentiellement développées par des structures lucratives : l'économie sociale et solidaire et la mgen en particulier doivent investir le champ de l'économie collaborative. C'est aussi un excellent moyen de recréer par le concret des liens solidaires entre des adhérents qui se sentent simplement clients.
La solidarité que pratique la mgen est réelle (cotisation proportionnelle aux revenus, action sociale...), mais pour l'adhérent elle n'est pas assez perceptible : c'est une solidarité par procuration, administrative, froide. Il faut réchauffer le lien solidaire par la participation concrète des adhérents. Pour cela le numérique est une chance. Ce sera une menace si nous manquons ce train.

Bien cordialement,
David

Bonsoir à tous,
Pour rebondir sur la question de départ qui avait été posée par Isa49, je peux donner ici un avis personnel.
Je ne pense pas l'individualisation des données induit automatiquement un effet sur la perte de la solidarité qui est un des fondements de MGEN. On pourrait en effet imaginer que le fait d'obtenir un suivi plus personnalisé de nos adhérents via l'outil numérique n'empêche pas, pour autant, que nos actions mutualistes soient moins solidaires...
Le numérique est un outil et reste un outil qui peut rendre de remarquables services. Il faudra cependant se garder d'en faire l'unique moyen-vecteur de communication entre la mutuelle et nos adhérents.
Pour reprendre les mots de Thierry Beaudet, notre ancien Président, MGEN c'est : "l'adhérent, l'adhérent et encore l'adhérent". Cela sous entend que l'humain reste et devra rester au coeur de nos préoccupations et j'y adhère à 100% !
Je m'arrête ici pour laisser place à vos réactions et rebondissements...
Bonne soirée !