8 commentaires

Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier
Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Niveau
0
Score
0
Equipe
Custom field 1
Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Bonjour Fan,
Vous avez entièrement raison quant au fait qu'un logiciel ne fait que mettre en application ce qui a été programmé. Ayant vécu au sein de la sphère familiale ce nouvel objet, je peux constater que les inégalités de territoires se poursuivent. Si vous programmez des études universitaires dans une académie qui n'est pas votre académie d'origine, vous n'êtes pas prioritaire. Seuls les élèves issus de l'académie où cette licence est proposée seront retenus sans aucune sélection de dossier. Ainsi, le candidat qui a 4/20 de moyenne et qui est originaire de la même académie que l'université sera admis alors que celui de l'académie voisine qui aura 17/20 se verra refusé l'affectation. Pourtant, cette licence n'est pas proposée sur son territoire. Votre seul espoir est qu'il reste des places vacantes, auquel cas il y aura une sélection des dossiers et lecture de la lettre de motivation. Quid du principe républicain d'égalité ? On en viendrait presque à regretter le tirage au sort !

Fan
Fan

Fan

Niveau
0
Score
7
Custom field 1
Fan

Bonjour Fabienne,
Le principe des sectorisations existaient déjà pour certaines disciplines en réservant prioritairement l'accès aux lycéens résidant ou ayant obtenu leur baccalauréat dans l'Académie ou dans des départements proches .
La loi relative aux libertés et responsabilités des universités no 2007-1199 du 10 août 2007 a sans doute conduit les Universités à faire ces choix pour limiter les effectifs au sein de certaines disciplines excédentaires .
Comme il ne s'agit pas encore de filières sélectives, des candidatures hors secteur s'en trouvent éloignées au moins provisoirement .
Pour autant, le fait de pouvoir candidater à plusieurs formations et de devoir se déterminer pour une seule (sauf double cursus) génère automatiquement des places vacantes au fil des pré-admissions .
Je m'interroge toutefois sur l'absence de classement des vœux contrairement à la pratique "A.P.B." .
Personnellement, je ne vois rien de pire que le tirage au sort .
Cordialement

Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier
Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Niveau
0
Score
0
Equipe
Custom field 1
Fabienne, Déléguée départementale MGEN Allier

Bonjour Fan,
Il y avait bien sûr une pointe d'ironie dans mon propos. Dans le cas évoqué plus haut, il s'agit d'une filière universitaire dont le nombre de places est restreint puisque c'est une bi-licence. Ces propositions n'existent que dans les grandes villes (Paris, Lyon, Nantes... ). Bref, si vous êtes un élève brillant mais rural... c'est plus compliqué et vous n'êtes pas prioritaire. Quant au mode de sélection et les vœux dans Parcoursup, je ne pourrai pas vous apporter d'éclairage nouveau.

Fan
Fan

Fan

Niveau
0
Score
7
Custom field 1
Fan

Bonjour Fabienne,
La fracture territoriale reste un vrai sujet .
Gardons néanmoins confiance dans le "jeu de la régulation naturelle" au sein de cette procédure .
Les mécanismes devraient continuer à autoriser une réponse d'attente si le mieux n'est pas obtenu tout de suite .
Auparavant, le classement des vœux permettait d'exprimer ses préférences et d'obtenir ou pas son premier vœu .
En l'état, il n'y aurait pas de possibilité de choix privilégié(s) pour le candidat.
Cordialement

Kaafrine13
Kaafrine13

Kaafrine13

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Kaafrine13

Le problème n'est pas tant qu'il y ait tirage au sort, ou choix à mon sens, cr quelque part la sélection a relativement toujours été présente dans certaines filières. Le problème pour moi c'est qu'un élève qui a eu des difficultés pendant son adolescence jusqu'à la fin de lycée aura du mal à rattraper le coup finalement...

Fan
Fan

Fan

Niveau
0
Score
7
Custom field 1
Fan

Bonjour Kaafrine13, bonjour à toutes et à tous,
les difficultés rencontrées par les élèves au cours de leur scolarité peuvent être de natures différentes . Quelquefois, en effet, l'institution a du mal à faire progresser au même niveau ses lauréats potentiels .
Nous ne sommes pas tous égaux devant le Savoir et le Savoir n'est pas forcément transmis de manière aussi optimale pour les uns et pour les autres . Les filières professionnelles présentent un intérêt que certains discernent . Concernant les filières générales, il est vrai que l'orientation post baccalauréat peut s'avérer délicate afin d'éviter des choix sans issues ultérieures du fait du manque de débouchés ou de l'insuffisance des compétences appropriées . Gageons que la lettre de motivation saura infléchir les décisions supra "parcoursup" .
Pour ce qui est du tirage au sort, on ne pourra jamais l'inscrire que dans le champ des aberrations et non des sélections .
Cordialerment

Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan
Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Niveau
0
Score
34
Equipe
Custom field 1
Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Bonjour à toutes et à tous,
Je tiens à vous faire part de mon expérience professionnelle de façon simple et directe. Je suis d'accord avec les propos tenus par Fan. Je rajouterai qu'en ma qualité d'enseignant, je peux vous assurer que la préoccupation majeure du professeur principal est bien le meilleur choix d'orientation possible. Les collègues le font aussi sérieusement que cela est possible et aident toujours les élèves à rédiger leur lettre de motivation car elle est effectivement importante dans le dossier de l'élève. Cependant, un écueil majeur se greffe sur Parcours Sup et on ne l'évoque que trop rarement à mon goût... Celui de la disparition programmée des Conseillers d'orientation au sein des établissements. Comment devenir des professionnels de l'orientation que nous ne sommes pas ?
Très cordialement.

Bonjour,
Avec deux enfants concernés par le bac cette année et l'orientation via Parcours Sup, je suis confrontée à ces questions.
Un constat : Parcours Sup a permis d'éviter de faire des paris hasardeux sur l'ordre des vœux. Certes, il y avait une priorité donnée au premier vœu, mais il fallait spéculer sur le fait d'avoir des chances d'être pris ou pas. Cette année, les jeunes échappent à ceci, et c'est une excellente chose. J'ai trouvé très positif d'accepter ou refuser les affectations au fur et à mesure des résultats et avancées sur les listes d'attente. Parce que mes enfants ont été bien placés sur ces listes. mais quid de ceux qui attendent encore (175 000), c'est énorme. Quelle angoisse au moment des épreuves du bac. Je déplore les restrictions sur l'entrée à l'Université, qui était le choix que chacun pouvait faire, même en dernier ressort.
Je rejoins Fan, ce n'est pas tant la plateforme qui pose problème que les choix qui sont faits par chaque structure en fonction de quels critères?
Sur les filières bac choisies, je déplore aussi que le bac S apparaisse comme critère important. J'ai pu me rendre compte qu'un très mauvais dossier en S passait avant un très bon dossier de bac technique pour un BTS, alors même que ces filières étaient celles de prédilection pour les élèves du technique.
Excellente émission sur France Inter vendredi soir, dans le "téléphone sonne" sur ce sujet, à réécouter en Podcast.
Bonne journée.