7 commentaires

Bonjour Jeannine,
MGEN est passée d'une offre unique à plusieurs offres il y a déjà quelques années. Nous ne pouvons pas revenir en arrière ni refaire le débat sur le bien fondé de cette décision.
Les prestations des offres Référence et Intégrale sont différentes sur certains domaines. Christophe Lafond, Vice-Président MGEN et ses collaborateurs ont toujours en tête l'objectif de servir au mieux l'adhérent. La création de ces deux offres n'est donc pas le fruit du hasard mais il faut effectivement étudier avec soin vos besoins pour savoir laquelle des deux choisir. Le coût de la cotisation est aussi, bien évidemment, un paramètre important dans ce choix.
Pour autant, je comprends votre question qui est pertinente : pourquoi effectivement ne pas imaginer que dans un couple, l'un des deux puisse accéder à une offre quand son conjoint-e prendrait une autre option ? J'avoue que ce domaine n'est pas de ma compétence ni de mes connaissances fines mais je vais humblement me renseigner demain auprès de mes collègues.
En tout état de cause Jeannine, je vous remercie de porter à notre connaissance cette problématique.
Bonne journée !

Armand T
Armand T

Armand T

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Armand T

Bonjour Gilles,

Merci pour votre commentaire, et nous espérons que vous pourrez nous apporter les renseignements demandés.

Bonne journée... Jeannine T.

Bonjour Jeanine,
Je ne saurais que trop vous conseiller de prendre rendez-vous dans votre section départementale pour faire le point sur vos besoins avec un conseiller, qui saura vous guider dans votre choix. Si vos besoins de soins augmentent, il peut paraître judicieux de passer sur "Intégrale", mais tout dépend des soins que vous allez engager.
Concernant l'adhésion à la même offre, elle est liée au fait que vous devez, si je comprends bien votre situation, être adhérente et votre conjoint "bénéficiaire", pour être exacte, "membre participant associé". Le bénéficiaire (conjoint ou enfant) bénéficie toujours du même niveau de garantie que le membre participant, puisque c'est l'adhésion de ce dernier qui lui permet de bénéficier de l'offre qui le couvre. Vous retrouverez la même chose dans les autres mutuelles. S'il n'était pas votre bénéficiaire, il pourrait adhérer en propre, mais à Efficience Santé, une offre réservée à celles et ceux qui ne peuvent adhérer aux offres MGEN Santé Prévoyance.
J'espère avoir répondu à votre interrogation.
Bonne journée.

Armand T
Armand T

Armand T

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Armand T

Bonjour Stéphanie,
Merci pour votre réponse.
Plus exactement, je suis sous le n° d'assuré social/mutualiste MGEN de mon époux... et donc bénéficiaire en tant que conjoint bien que je paie ma propre cotisation évidemment. De ce fait, mon époux et moi sommes tous les deux sous la garantie "Référence"... et si je comprends bien, dans ce cas précis, nous sommes donc obligés de choisir la même garantie.
Concernant votre judicieux conseil de prendre contact avec un conseiller de notre section locale MGEN, c'est déjà fait avec une dame charmante, bien documentée et de surcroît très patiente... qui nous a donné 2 revues de statistiques sur ces 2 garanties... et nous avons effectué ensemble le bilan des soins/remboursements sur une longue période... pour finalement réaliser que nous n'aurions pas eu de meilleures prises en charge en étant sous "Intégrale" et qu'il fallait donc consulter davantage dans certains domaines médicaux pour compenser la forte hausse de la cotisation "Intégrale". Alors, pourquoi cotiser davantage en choisissant "Intégrale" si au final la prise en charge n'en est pas meilleure pour "tous" les soins ? Nous avons la chance d'avoir des médecins et spécialistes qui font très peu voire pas du tout de dépassements d'honoraires... sauf pour les anesthésistes et chirurgiens par lesquels nous passons en clinique privée, mais on ne se fait pas opérer souvent... (même si ces derniers mois, mon époux et moi-même avons pris un "abonnement" à la clinique)... ça reste exceptionnel en principe.
Franchement, à ce jour, nous ne voyons pas l'intérêt de passer sous la garantie "Intégrale"... trop chère vis à vis du peu d'avantages et c'est peut-être ce qui explique que la majorité des anciens comme nous cotisent plutôt pour "Référence" ! Pourquoi se montrer solidaires à perte... nous l'avons été lorsque nous étions de jeunes mutualistes MGEN... et qu'est-ce que cette fidélité/solidarité nous a rapporté ? C'est devenu du chacun pour soi... les jeunes veulent cotiser moins... et les anciens regrettent l'ancienne MGEN où nous étions "tous" solidaires... Si la situation continue de se dégrader, la MGEN ne pourra plus lutter contre les Assureurs où au final, il est possible de ne cotiser vraiment qu'en fonction de ses réelles dépenses de santé. Le jour où la MAIF se lancera dans ce domaine de la prévoyance santé...
Bonne journée... Jeannine T.

Bonjour Jeanine,
Je vous remercie de vos explications, je comprends mieux votre situation. C'est donc vous le membre participant associé à votre époux pour la mutuelle. Une information en passant, votre statut a récemment changé. Le bénéficiaire (vous) devait quitter la mutuelle il y a quelques années si le membre participant nous quittait ou en cas de séparation. Il n'était "maintenu" qu'en cas de décès de son conjoint. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, vous avez certes la même couverture mais votre statut de membre de la mutuelle.
Revenons à votre situation : en effet, Intégrale n'est pas l'offre la meilleure pour tout le monde. Vous le soulignez parfaitement, elle est davantage couvrante pour les dépassements d'honoraires, et c'est une chance que de vivre dans un environnement médical qui en pratique peu. Vous avez bien cerné vos besoins avec votre conseiller.
Vous écrivez que "c'est devenu du chacun pour soi... les jeunes veulent cotiser moins... et les anciens regrettent l'ancienne MGEN où nous étions "tous" solidaires... " Vous mettez le doigt sur une question qui anime tous nos débats en interne : comment maintenir un fort degré de solidarité dans nos offres en permettant aux uns et aux autres de trouver une offre qui réponde à leurs besoins propres? Ce n'est pas facile. Pour reprendre les raisons de la différenciation des taux de cotisations entre les tranches d'âges chez nous, ce choix a été fait pour continuer de mutualiser des jeunes, pour qui notre offre globale (la même pour tous) était inaccessible au regard de leurs revenus. Ceux d'un jeune enseignant ne sont plus du tout à la hauteur de ceux que leurs parents ont connu. Et ne parlons pas du statut, puisque la moitié des recrutés dans l'Education nationale aujourd'hui par exemple le sont avec des contrats temporaires et des salaires très inférieurs à ceux des fonctionnaires. Les jeunes ne sont peut-être pas tant peu solidaires que nous le croyons, ils sont aussi en situation difficile sur le marché de l'emploi. (stages à rallonge, insertion en CDI tardive, etc....) De plus en plus d'entre eux consomment autrement, partagent les trajets en voiture et les appartements, consomment autrement, se tournent vers des choix solidaires. Leur permettre une cotisation moindre pour des besoins en santé moindre par rapport leurs aînés, c'est leur permettre d'entrer dans le modèle mutualiste et leur expliquer ce que c'est.
Bonne journée Jeannine et merci de vos commentaires.

Juste un ajout concernant les assureurs : ils déploient des moyens importants pour commercialiser leurs offres, gardons en tête qu'un assureur rémunère des actionnaires, ce qui n'est pas notre cas. Le taux de redistribution à nos adhérents est incomparable par rapport aux assureurs (Près de 90% chez MGEN).

Armand T
Armand T

Armand T

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Armand T

Bonjour Stéphanie,
Merci pour votre participation.
Etant donné que depuis de nombreuses années le conjoint (bénéficiaire) paie sa cotisation MGEN plein pot (alors qu'avant ce n'était pas le cas !), il me semble qu'il était temps en effet que la MGEN lui reconnaisse à lui aussi... son statut de membre MGEN.
A propos des jeunes... juste un petit rappel d'une époque que vous n'avez pas connue... une époque où bien des jeunes qui se destinaient à l'enseignement se sont également retrouvés en situation très précaire alors qu'il n'y avait pas ou peu de chômage... demandez aux nombreux MA qui restaient ainsi plusieurs années avant d'obtenir le précieux concours ! Et puis, par la suite, les enseignants ont été revalorisés... mais ce n'était pas le cas pour les jeunes de notre époque qui avaient un très petit salaire comparé à celui de nos jours... et pourtant, nous étions tous solidaires... mais ça bien sûr... c'était avant ! Une autre époque... une autre mentalité qui n'a rien à voir avec la société actuelle !
Aujourd'hui, il faut s'adapter à la tendance de notre société, les assureurs l'ont bien compris...
Bonne journée... Jeannine T.