A l'attention des utilisateurs du forum

A partir du 22 mai 2019, vous devrez utiliser un compte MGEN Connect pour vous connecter au forum.

Vous n’avez pas encore de compte MGEN Connect ?

Créez-en un dès à présent >


Vous souhaitez poster un message pour la 1ère fois sur le forum ?

Les inscriptions au forum sont fermées, pour cause de maintenance, jusqu’au 22 mai inclus.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Vous souhaitez poster un message pour la 1ère fois sur le forum ?

Les inscriptions au forum sont fermées, pour cause de maintenance, jusqu’au 22 mai inclus.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Les connexions au forum se font désormais grâce à votre compte MGEN Connect.

Si vous n’avez toujours pas créé de compte MGEN Connect, cliquez ici

4 commentaires

Bonjour Remy,
Vos informations sont absolument exactes. Depuis la loi PUMA, entrée en vigueur au 1er janvier 2016, il y a suppression progressive du statut d'ayant droit.
Je cite : "La protection universelle maladie prévoit que toutes les personnes majeures sans activité professionnelle ont droit à la prise en charge de leurs frais de santé à titre personnel, dès lors qu'elles résident en France de manière stable et régulière. Elles n'ont plus besoin d'être rattachées à un assuré ouvrant droit. Ainsi, pour les 18 ans et plus, la notion d'ayant droit disparaît. Seuls les mineurs continuent d'avoir le statut d'ayant droit.

En pratique, toute personne majeure est assurée à titre individuel dès sa majorité (ou dès 16 ans à sa demande). Elle peut choisir de percevoir ses remboursements sur son propre compte bancaire, recevoir son propre décompte de remboursement et disposer de son propre compte ameli, ce qui garantit une meilleure confidentialité des informations sur les frais de santé pris en charge.

Les changements de situation personnelle n'ont donc plus d'incidence sur les droits des assurés sans activité professionnelle, ce qui garantit une plus grande autonomie. En effet, en cas de mariage, de séparation ou de veuvage, l'assuré continue d'avoir des droits en propre, indépendamment de son conjoint ou ex-conjoint."
Votre épouse a donc reçu une invitation à renouveler sa carte vitale, pour lui assurer une autonomie au regard de l'assurance maladie. Il est donc normal que sa carte comporte son propre numéro de sécurité sociale.
Chaque organisme d'assurance maladie obligatoire a procédé de la même manière, les assurés CPAM on reçu les mêmes documents que vous.
Aucune formalité n'est nécessaire, la carte de madame est active dès réception.
Ce qui est étonnant, c'est la remarque de votre pharmacienne, qui ne semble pas informée à ce jour de ce changement.
Bien à vous,

Remy
Remy

Remy

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Remy

Bonjour,
Merci pour votre réponse.
En fait, c’est l’article du journal Le Parisien qui nous a fait vérifier le numéro de sécurité sociale sur la carte. Sinon, nous n’en savions rien.

Quelle démarche pour la mettre en service ? Faut-il la mettre à jour au préalable ?

Mon épouse n’est pas décidée à utiliser sa nouvelle carte vitale. Cela va-t-il bloquer les remboursements ?
Cordialement.

L'ancienne carte sera rapidement invalidée au profit de la nouvelle. Si votre épouse ne souhaite pas l'utiliser, elle devra faire l'avance des frais.
Concernant les démarches à effectuer, il n'y en a aucune pour vous.
Bien à vous,

Remy
Remy

Remy

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Remy

Bonjour,
Merci pour votre réponse.
Il ne me reste plus qu'à convaincre mon épouse de changer de carte vitale.
Par contre, cela aurait été utile qu'il y ait une communication aux assurés concernés en parallèle.