A l'attention des utilisateurs du forum

A partir du 22 mai 2019, vous devrez utiliser un compte MGEN Connect pour vous connecter au forum.

Vous n’avez pas encore de compte MGEN Connect ?

Créez-en un dès à présent >


Vous souhaitez poster un message pour la 1ère fois sur le forum ?

Les inscriptions au forum sont fermées, pour cause de maintenance, jusqu’au 22 mai inclus.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Les connexions au forum sont temporairement bloquées aujourd’hui, pour cause de maintenance.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Les connexions au forum se font désormais grâce à votre compte MGEN Connect.

Si vous n’avez toujours pas créé de compte MGEN Connect, cliquez ici

Cette discussion est archivée, les contributions sont neutralisées. 

8 commentaires

Roboratif
Roboratif

Roboratif

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Roboratif

La question s'est posée pour ma mère à la suite d'une fracture de la hanche (un grand classique !), son autonomie s'étant fortement dégradée : grosse désorientation dans le temps et l'espace, difficulté à se prendre en charge. Je pensais que ma mère ne serait pas en état de revenir à son domicile et finalement c'est elle qui a évoqué le sujet. J'ai eu de la chance ! Malgré cela et les bonnes conditions de son transfert en EHPAD, elle a connu une période de régression de plusieurs mois. Je signale que pour bien accompagner son parent, l'enfant doit lui même assimiler très vite les us et coutumes de l'EHPAD. Pas si évident.

Bernard
Bernard

Bernard

Niveau
0
Score
0
Custom field 1

Pour moi, si le parent même très âgé n'est plus complètement autonome mais a toute sa lucidité, il ne faut pas le mettre dans une EPHAD. C'est la régression assurée et la souffrance de se voir dans cette antichambre de la mort. Il existe beaucoup d'aides et services à la personne qui permettent dans ce cas de rester chez soi à condition d'organiser tout cela. L'EPHAD, c'est malheureux à dire, devrait être réservé à ceux qui perdent la tête et ne peuvent plus rester seuls la majeure partie de la journée.

Bonjour,
Oui, tout devrait être fait pour que la personne en dépendance puisse rester chez elle. Mais ce n’est pas aussi simple, même si la ministre de la Santé a promis que sa future loi sur la dépendance privilégiera le maintien à domicile. Une personne âgée dépendante nécessite l’équivalent de trois auxiliaires pour assurer une présence 24 heures sur 24 : une la nuit, une le jour, et une troisième compte tenu des congés et week-ends des deux autres. Il faut compter de 5000 à 6000 euros par mois. Combien de personnes âgées touchent une pension de retraite équivalente ? Oui il y a des aides publiques pour couvrir les soins, le ménage, les dépenses d’ambulance pour les visites chez le médecin, le portage de repas à domicile. Mais elles sont loin de couvrir la facture.

Roboratif
Roboratif

Roboratif

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Roboratif

Passés 90 ans, où que l'on soit, et sauf exception, c'est l'anti chambre de la mort. Les EHPAD et les personnes qui y travaillent ne méritent pas tous la mauvaise réputation qui en est faite actuellement. Ce peut être un choix de vie, quand ce choix est possible, pour y vivre en toute sécurité et en compagnie. Certes la majorité des résidents a des problèmes cognitifs. Pour autant leur compagnie peut être agréable et je ne manque pas de l'apprécier à chaque fois que je rends visite à ma mère.

Suzanne
Suzanne

Suzanne

Niveau
0
Score
0
Custom field 1

Une fois la décision prise parce qu'il n'existe pas d'autres choix possibles, il faut chercher et s'en tenir à des critères simples:
1) privilégier les établissements à but non lucratif
2) s'informer du "turn over" du personnel (critère très important, quand le personnel change tout le temps, direction comprise, c'est un vrai "feu rouge")
3) évaluer la qualité/quantité de l'encadrement médical
4) privilégier les établissements permettant aux résidents de pouvoir observer de leur fenêtre un paysage "vivant", qu'il soit urbain ou rural (la vue sur une courette ou un mur pignon est à éviter, pour le moral du résident)
5) et surtout, s'assurer que la situation géographique et les facilités d'accès à l'EHPAD permettent le plus possible aux membres de la famille de s'y rendre souvent, car c'est la seule chose qui freinera la "régression" et la "dépression" quasi inévitable et rapide qui affecteront vos parents, dès lors que le placement ne sera pas un choix préparé de longue date par lui-même....
Il y a en fait le plus souvent un problème de places, et des listes d'attentes parfois longues....choisir la première place qui se libère, c'est la pire des solutions, sauf coup de chance toujours possible, mais hélas parfois la seule, quand on ne peut plus faire autrement...Il faut savoir que lorsque la demande est faite quand le parent est hospitalisé, elle est prioritaire. Les soins de suite en hôpital représentent la période cruciale pour chercher, et trouver.

Chaque cas est différent. J'ajouterai au message de Suzanne qu'il faut s'informer des animations et activités proposées aux résidents et savoir qui anime ces activités. Dans certains Ehpad, il y a du personnel (en plus de l'infirmière et des aides soignants) parfois bénévole, spécialement formé pour cela ; il faut les rencontrer. Il faut aussi s'engager dans le "Conseil de la vie sociale". Peut-être aussi ne faut-il pas trop attendre pour proposer le placement d'une personne qui ne peut plus vivre seule à domicile pour favoriser ce que j'appellerai un "sursaut de vie" et une reprise de vie sociale. J'ai rencontré en Ehpad, dans un même établissement, des résidents qui participaient activement aux ateliers et sorties proposés et qui en étaient demandeurs (ateliers de peinture, de bricolage, de lecture, jeux à deux ou davantage...). D'autres qui étaient dans la négation constante, et encore, bien sûr, des personnes complètement dépendantes qui restaient passives quelle que soit l'activité.
De plus, il ne faut exclure aucun type d'établissement. Un Ehpad municipal peut être bien plus humain et dynamique qu'un établissement privé ou à statut hospitalier.

Roboratif
Roboratif

Roboratif

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
Roboratif

La situation en EHPAD est très variable d'un établissement à l'autre. Ce n'est pas toujours facile d'avoir accès à tous les critères dont il est question dans cette discussion. Une fois encore le bouche à oreilles est très pertinent. Je conseillerais aussi de choisir un établissement proche de la famille pour le bien être de tout le monde. Même si cette décision oblige le ou la future résident(e) à quitter la région où elle habite.