A l'attention des utilisateurs du forum

A partir du 22 mai 2019, vous devrez utiliser un compte MGEN Connect pour vous connecter au forum.

Vous n’avez pas encore de compte MGEN Connect ?

Créez-en un dès à présent >


Vous souhaitez poster un message pour la 1ère fois sur le forum ?

Les inscriptions au forum sont fermées, pour cause de maintenance, jusqu’au 22 mai inclus.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Les connexions au forum sont temporairement bloquées aujourd’hui, pour cause de maintenance.
Vous pouvez nous contacter par message privé sur les comptes MGEN&Vous Facebook et Twitter.

Les connexions au forum se font désormais grâce à votre compte MGEN Connect.

Si vous n’avez toujours pas créé de compte MGEN Connect, cliquez ici

Cette discussion est archivée, les contributions sont neutralisées. 

5 commentaires

MJ du 57
MJ du 57

MJ du 57

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
MJ du 57

Bonjour Gilles,
Tes interrogations sont en effet très pertinentes.
On peut effectivement aborder la question de la présence des structures de l’ESS sur tout le territoire comme répondant à un besoin de proximité. Par exemple, les associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) permettent une proximité entre consommateurs et producteurs. Ce partenariat est très intéressant mais un problème vient du fait qu’il n’est pas suffisamment développé et ne peut ainsi répondre à une demande qui va croissante. Pour ma part, j’essaye la plupart du temps de me fournir auprès d’éleveurs locaux qui vont respecter un cahier des charges quant à la qualité de la viande et sa traçabilité, ou chez des maraîchers qui vont me garantir une culture biologique, ou encore auprès d’une structure, intéressante en termes d’organisation, qui rassemble sous un même toit des agriculteurs qui viennent, par une vente directe, proposer leurs produits dont ils sont responsables de l’entrée à la sortie du magasin.
Ces circuits courts répondent à des exigences de qualité mais également de développement durable en particulier par l’économie d’énergie réalisée en termes de déplacement limité des marchandises. Dans ce domaine, saluons la MGEN, mutuelle, donc structure de l’ESS, qui depuis de nombreuses années s’est engagée volontairement dans la réalisation de son bilan sociétal de l’entreprise et donc dans une démarche de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE).
On peut élargir la perspective en précisant que l’ESS concrétise la volonté de personnes qui s’engagent pour répondre à une utilité sociale. Il y a donc souvent, sous-jacente, une vision humaniste qui guide la création des structures de l’ESS.

J'ai peur que lorsqu'on de l'ESS cela devient un mot valise et qu'on ne sache même plus de ce que l'on parle. C'est à dire que l'ESS deviennent une nouvelle stratégie de développement économique telle que le bio, une mode.si je reformule ce que j'ai compris de vos questions ce serait Est ce que les structures qui se revendiquent de l'ESS seront responsable de changement sur la société à petite ou grande échelle ? Évidemment que oui et c'est le but je dirais même plus. Les structures de l'ESS devront se mettre au service de ce concept dont elles se revendiquent, cela s'appelle un engagement de principe. de quelle façon et a quelle échelle ? Je pense que c'est accessoire ou du moins secondaire à déterminer les valeurs et les objectifs de l’ESS.

Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan
Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Niveau
0
Score
34
Equipe
Custom field 1
Gilles, Président de la section MGEN du Morbihan

Bonjour à tous,
Krimow parle de représentation au sens de valeur et je ne peux qu'être d'accord avec lui. L'introduction de ce sujet n'était cependant pas, dans ma esprit, orientée de cette façon. J'aurais voulu connaître la position des adhérents et internautes sur un aspect qui fait référence de manière très sensible à l'absence ou à la disparition de structures publiques à forte valeur ajoutée sociale sur certaines parties de notre territoire nationale et au fait que des structures de l'ESS peuvent être amenées à palier à ces disparition ou déficiences...
je donne un exemple concret : sur Lorient, une entreprise de l'ESS permet à des demandeurs d'emploi de faire leurs démarches de recherche d'emploi. Une autre, toujours sur le même territoire, permet à des personnes qui n'ont pas eu ou pas pu avoir des cours d'informatique, e se former à cet outil indispensable.
La question serait alors de savoir s'il est normal, logique, préférable, que ces entreprises prennent aujourd'hui la place de structures publiques dans notre paysage national ? N'assiste-t-on pas à un désengagement volontaire de l'Etat, soucieux et heureux d'économiser de l'argent à bon compte ?
Merci.

jolag
jolag

jolag

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
jolag

L'économie sociale et solidaire est un levier très intéressant pour affronter les problématiques environnementales et sociétales. Il reste certain que face à l'inertie des différents gouvernements qui ne réagissent que face aux crises qui les obligent à prendre en main des sujets depuis longtemps préoccupants, l'action des citoyens peut s'exprimer au quotidien et faire avancer la société face à l'urgence des différentes problématiques. On peut en effet espérer que plus le nombre d'actions concrètes et réalistes sur le terrain se développera et plus on pourra avancer et trouver des débuts de solutions pour le quotidien des citoyens. Mais , en même temps, en effet, cela peut occasionner un désengagement de l'Etat sur de nombreux points mais , face à l'inefficacité de l'action publique dans de nombreux domaines, pour l'instant, l'ESS semble être une solution efficace pour répondre aux enjeux actuels. L'action locale et citoyenne peut amener tous les pouvoirs publics locaux et nationaux à revoir leurs stratégies face aux réussites de l'ESS.

JMM
JMM

JMM

Niveau
0
Score
0
Custom field 1
JMM

Dans la situation environnementale et sociale actuelle, une revitalisation de l'ESS permettrait de sortir du tout "libéral" incapable de répondre à ces défis. De la NEF à Terre de Liens, d'Enercoop aux AMAPs, nombreuses sont les exemples qui pourraient constituer les bases d'une nouvelle société fondée sur la coopération plutôt que sur la concurrence de tous contre tous.